mercredi, 09 juillet 2014 10:55

Mondial 2014 : le Brésil prend l'eau à domicile

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

On l'avait dit, mais personne ne pouvait le prévoir. Vaincu 7 buts à 1, le Brésil quitte « son » mondial avec la plus lourde défaite jamais enregistrée au stade des demis finale d'une coupe du monde...

On l'avait dit, mais personne ne pouvait le prévoir. Vaincu 7 buts à 1, le Brésil quitte son mondial avec la plus lourde défaite jamais enregistrée au stade des demi-finales d'une coupe du monde.

Hier, mardi 08 juillet 2014, c'est à une noyade collective de la sélection brésilienne qu'on a assisté depuis Belo Horizonte. Le Brésil n'avait jamais vécu une telle humiliation en coupe du monde. Mieux, on n'avait jamais assisté à une si lourde défaite en coupe du monde à l'étape des demi-finales. Le précédent record, de 6 buts, était détenu par l'Argentine, vainqueur 6-1 des Etats-Unis en 1930, et par... l'Allemagne, qui avait étrillé l'Autriche sur le même score en 1954.

Toutes compétitions confondues, le Brésil n'avait jamais encaissé autant de but dans un match. Ses plus larges défaites remontaient jusqu'alors à 1920 (et une défaite 6-0 contre l'Uruguay lors du championnat sud-américain) et 1940 (6-1 contre l'Argentine en match amical).

C'est donc une défaite humiliante et historique que le Brésil aura offert hier à toute une nation qui n'avait plus que ses yeux pour pleurer. Hier dans les tribunes, on pouvait voir des supporters en larmes devant la médiocrité du spectacle que la sélection brésilienne a montré hier. C'est aussi en larmes que, David Luiz, capitaine d'un soir, a demandé «pardon à tout le monde, à tout le peuple brésilien», après la déroute.

Et... c'est l'Allemagne qui gagne

Face à une équipe brésilienne transparente avec une défense quasi inexistante, la national Manschft n'y est pas allé par quatre chemins pour dérouler son jeu. Après avoir ouvert le score grâce à Muller (11ème), les Allemands ont fait plier les Brésiliens au bout d'une demi-heure avec quatre autres buts marqués en l'espace de six minutes. 5-0, c'était déjà le score à la mi-temps.
A la reprise, le Brésil qui a essayé de réagir a trouvé face à lui un grand gardien allemand qui s'est imposé face à Oscar (51ème) et à Marcelo (52ème). Il aura fallu attendre la 90ème minute de jeu pour voir Oscar sauver l'honneur après que l'allemand Shurle entré en cours de jeu ait porté la marque 7 pour les germaniques. Comme pour confirmer cette phrase historique de l'ancien international anglais Gary Lineker pour qui « le football est un sport (...) qui se joue à 11, et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne ».

Les erreurs de Felipe Scolari

Cette défaite du Brésil est avant tout celle d'un homme. Celle du sélectionneur Luis Felipe Scolari. En préférant Oscar, Hulk, Bertrand à des joueurs comme Ronaldinho, Robinho ou Kàkà, il a clairement parié sur la jeunesse pour jouer la compétition. Un choix risqué et contesté pour lequel il a été souvent critiqué dans son pays.

L'autre erreur de Scolari, c'est d'avoir maintenu son éternel système de jeu qui consiste en un 4-3-2-1. En absence de Neymar (pièce maitresse de cette tactique), l'on avait espéré qu'il puisse changer de méthode, mais il n'en fut rien. Sans doute l'une des maladresses ayant conduit son équipe à la déroute.

L'effet Neymar

On peut le dire sans ambages. L'absence de Neymar et de Thiago Silva a largement contribué à cette déculottée. Si le second a reconnu que son poids « comme capitaine aurait pu donner à l'équipe plus d'assurance à certains moments », l'absence du premier n'aura pas posé tant de problèmes sportifs mais plutôt psychologiques. Depuis plus d'un an, le sélectionneur n'avait jamais pu mettre en place une équipe sans son prodige Neymar. Tout tournait autour de lui. Le jeune joueur a pris tellement de place dans la sélection d'autant plus qu'il a porté l'équipe jusque-là grâce à quatre buts et une passe décisive. De fait, sa blessure et l'annonce de son forfait a créé un tel électrochoc au sein de l'équipe que même une psychologue appelée d'urgence n'a pas pu en atténuer les effets. Finalement, malgré ses quatre buts et sa passe décisive, Neymar aura fait plus de mal que de bien à l'équipe brésilienne lors de cette coupe du monde.

Le Brésil qui nourrissait le rêve de soulever son sixième titre mondial à domicile n'ira malheureusement pas jusqu'à Rio de Janeiro pour la finale. Il se contentera toutefois d'un match de troisième qu'il s'efforcera de gagner face au perdant de l'autre demi-finale qui oppose aujourd'hui l'Argentine aux Pays-Bas.

 

Maurice Thantan

Lu 52892 fois
0
0
0
s2smodern