vendredi, 09 janvier 2015 10:10

L'exécution du budget général de l'Etat 2015 lancée

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le budget général de l'Etat exercice 2015 est entré dans sa phase d'exécution depuis ce jeudi 8 janvier. C'est par une cérémonie solennelle devant ses collègues ministres et des cadres de l'administration publique que le ministre de l'Economie et des Finance a lancé au palais des Congrès, l'exécution de la loi des finances votée par le parlement...

Le budget général de l'Etat exercice 2015 est entré dans sa phase d'exécution depuis ce jeudi 8 janvier. C'est par une cérémonie solennelle devant ses collègues ministres et des cadres de l'administration publique que le ministre de l'Economie et des Finance a lancé au palais des Congrès, l'exécution de la loi des finances votée par le parlement. Le top est ainsi donné pour la consommation, dans la transparence et l'efficacité d'environ 1.507 milliards de francs CFA. Pour atteindre ces objectifs de transparence et d'efficacité, trois documents serviront de bréviaires aux fonctionnaires chargés de mettre oeuvre les finances de l'Etat. Il s'agit du guide d'exécution des dépenses publiques, du passeport du contrôle financier et du répertoire des prix actualisé.

L'exécution du budget général de l'Etat doit aussi pomouvoir la production nationale. Les petites et moyennes entreprises pourront se faire compter parmi les fournisseurs de l'administration. Ainsi, 60% des besoins de l'Etat en mobiliers de bureau seront satisfaits par les producteurs locaux tels que les artisans. De même, la production agricole nationale se voit réserver 80% des commandes publiques de vivres destinés aux cantines, restaurants universitaires et prisons civiles. Ces mesures ont l'avantage selon le ministre Komi Koutché de faire vivre le marché national par la consommation des biens et services par les petits entrepreneurs. Ces derniers bénéficient également des mesures fiscales favorables.

Le budget général de l'Etat 2015 devrait permettre d'atteindre un taux de croissance de 6% contre 5,7 en 2014, un taux d'inflation d'environ 2% contre une norme de 3%, un taux de pression fiscale de 16.1% et un taux d'investissement public de 8.5% du Produit Intérieur Brut contre 6,7% en 2014.

 

Vincent Agué

Lu 4658 fois
0
0
0
s2smodern