mardi, 11 août 2015 14:50

Cour d'assises à la Cour d'appel de Cotonou : un accusé paniqué tombe à la barre

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Association de malfaiteurs, vol qualifié et coups et blessures volontaires. C'est la 12ème affaire inscrite au rôle du parquet général dans le cadre de la deuxième session de la cour d'assises à la Cour d'appel de Cotonou qui a connu un déroulement particulier....

Association de malfaiteurs, vol qualifié et coups et blessures volontaires. C'est la 12ème affaire inscrite au rôle du parquet général dans le cadre de la deuxième session de la cour d'assises à la Cour d'appel de Cotonou qui a connu un déroulement particulier.

Deux accusés sur quatre ont comparu à la barre ce 10 août 2015 : Obi Divine, et Moses Iféany Ofoukwu alias chief Okofor tous deux Nigérians. Il y a aussi un certain Bidémi Baba et un autre non encore identifié au rang des accusés. De quoi retourne l'affaire ? Ils étaient tous armés de fusils et se sont retrouvés dans le logement de fonction de Cyrille Agnandji, un receveur de la recette des impôts de Grand-Popo. Ils ont enfermé tous les enfants dans une chambre. Après des coups et des blessures faits au receveur ils l'ont contraint à ouvrir la caisse et à leur remettre la clé du coffre-fort de la recette. Ces derniers ont fouillé tous les bureaux et chaque employé et usager était roué de coups, dessaisi de ses portables et de ses sous avant d'être parqués dans un local de la recette.

Même Michel Wongla, le caissier à son arrivée ce 29 août 2006, a subi le même rituel avant d'ouvrir le coffre d'où ils ont soustrait 10 millions de FCFA et se sont emparés d'environ 8 millions 700 mille FCFA se trouvant sous une trappe. A la fin de l'opération, les malfrats ont enfermé toutes les victimes dans le magasin de la recette avant de prendre la fuite.

A la barre, Moses Iféany Ofoukwu alias chief Okofor a nié les faits. Dans ces déclarations, il ressort qu'il est de la bande qui a braqué la voiture de la société Sagam derrière la présidence. Chief Okofor a même une voiture dont il ne se souvient plus de la plaque d'immatriculation.

Divine Obi, le second accusé, dans la même logique, dit ne jamais connaitre Grand- Popo. Il semble être de la bande du braquage de Azar Jean, à laquelle il nie appartenir de même que celle du Sagam, et de Grand-Popo. Il déclare être en Espagne au moment des faits et y a séjourné 3 ans durant comme cultivateur.

À la question de la cour de dire quelques mots en espagnol, il en est incapable pas plus qu'il ne peut dire en espagnol, "bonjour monsieur" ou "je travaille dans un champ". A l'évidence qu'il ne peut piper mot en espagnol, il tombe brusquement, à l'étonnement de tous, à la renverse à la barre et se blesse à la nuque. Il a été transporté à l'hôpital par les sapeurs pompiers.

Au constat de l'incident, la cour décide de renvoyer l'affaire à une session ultérieure. Cette cour est présidée par Saturnin Calixte Avognon et Christophe Atinmakan au ministère public.

 

Fabrice H. Gomez

Lu 10058 fois
0
0
0
s2smodern