jeudi, 28 août 2014 12:24

ICReach : le moteur de recherche secret de la NSA

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Les documents livrés par Edward Snowden continuent de révéler les secrets de la NSA. L'agence de surveillance américaine dispose d'un outil capable de compiler des milliards de données sur des gens du monde entier, à partir d'informations récoltées dans les méta-données de communications électroniques ou téléphoniques.

Les documents livrés par Edward Snowden continuent de révéler les secrets de la NSA. L'agence de surveillance américaine dispose d'un outil capable de compiler des milliards de données sur des gens du monde entier, à partir d'informations récoltées dans les méta-données de communications électroniques ou téléphoniques. L'existence de ce programme nommé ICReach a été révélée par le site The Intercept sur la base de nouveaux documents livrés par l'ex-analyste de la NSA devenu indésirable dans son pays et qui s'est réfugié depuis en Russie.

L'outil taillé sur mesure permet d'effectuer des recherches dans la base de données de la NSA, elle-même alimentée par les métadonnées des communications recueillies par l'agence de sécurité.

Le "Google" des services de renseignement américains.

Comme bon nombre de programmes de surveillance de la NSA, ICReach trouve son origine dans les attentats du 11 septembre 2001, qui avaient révélé un manque de communication entre les différentes agences gouvernementales américaines. L'ICReach est censé corriger ce tir. En effet, le programme est basé sur une architecture similaire à celle de Google autorisant une recherche à partir d'un numéro de téléphone ou d'une adresse mail.

Lancé en 2007, il vise à partager l'information entre des organismes tels que la CIA (les services secrets), le FBI (la police fédérale) ou encore le DEA (l'agence anti-drogue). Le programme est non seulement accessible aux agences américaines (avec différents niveaux d'accès sans doute) mais aussi aux alliés des Etats-Unis, notammant le "5-Eyes Shareable" qui regroupe les Britanniques, les Canadiens, les Néo-zélandais et les Australiens. Toutefois, le moteur ne semble avoir aucun lien direct avec la base de données très large et très précieuse de l'agence connue sous le nom "Base 215" (celle qui stocke les métadonnées d'appels téléphoniques).

 

Maurice Thantan

Lu 17058 fois
0
0
0
s2smodern