mardi, 30 avril 2019 08:32

Législatives 2019 : la Société civile présente un bilan sans complaisance du déroulement du scrutin

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Au lendemain du scrutin législatif du 28 avril 2019, la Plateforme électorale des organisations de la société civile a rendu public son bilan d’observation du déroulement du vote.

Par les voix de sa présidente Fatoumatou Batoko-Zossou et M. Joël Atayi Guèdègbé, la Plateforme est ferme dès le titre de sa déclaration de 7 pages livrée aux médias dans l’après-midi du lundi 29 avril : “une élection qui n’honore pas le Bénin”.

A l’appui de ce réquisitoire, la Plateforme évoque avec détails les incidents qui ont émaillés le scrutin dans plusieurs communes du pays (Savalou, Bantè, Savè, Tchaourou, Parakou, Kandi, Bassila, Kouandé, Boukoumbé, Matéri, Klouékanmè). Des violences sur les personnes et les biens aux irrégularités dans les opérations électorales, grâce à ses 789 moniteurs déployés dans les 546 arrondissements du pays, la société civile fait le constat d’un scrutin teinté d’insuffisances.

Le ministre de l’Intérieur, dans la soirée du jour du vote, avait évoqué des cas de violences ayant empêché ou perturbé le vote par endroits à l’intérieur du pays. La Plateforme en fournit les détails comme :

  • séquestration d’un officier des forces armées à Adido (Savè, département des Collines) ;
  • destructions et incendies de matériel électoral, équipements et autres biens ;
  • accrochages entre militants des partis, populations et forces de sécurité publique avec un blessé grave qui a fini par succomber de ses blessures ;
  • pressions et menaces suivies d’interruption du vote ;
  • cessation subite du vote ;
  • intimidation à l’aide des forces occultes endogènes ; etc.

Selon la Plateforme coordonnée par l’Ong Wanep Bénin, 206 incidents ont été répertoriés.

Faible participation

Selon ses données collectées sur le terrain, la société civile estime le taux de participation à 22,4%.- Cependant, précise-t-elle, “sachant que les moniteurs de la plateforme ont été témoins oculaires de près d'une cinquantaine de postes de vote n’ayant pas du tout ouvert, il est fortement probable que le taux de participation reste le plus bas depuis l’avènement du renouveau démocratique”.

La société civile invite surtout les autorités et la classe politique à tirer leçon de la mise en oeuvre des nouveaux textes (code électoral et charte des partis politiques) qui ont conduit à des élections monocolores entre deux partis de la mouvance présidentielle, l’opposition n’ayant pas pu se présenter.

 

 

Lu 836 fois
0
0
0
s2smodern