La revue de presse sur Radio Bénin

   la revue de presse  
 

Revue de presse du 20 février 2019

José Gnimadi

 

Le Préfet Toboula gardé à vue.
C’est la grosse information à la une de la quasi-totalité des parutions de ce jour.
Le Progrès donne l’information et placarde à sa une la photo de l’intéressé.
D’après ce quotidien, Modeste Toboula, Préfet du littoral, n’est pas rentré chez lui après l’audition de la journée.
Il est gardé à vue, à la brigade économique et financière, le temps de le présenter au Procureur.
Le Potentiel croit savoir qu’il est présumé auteur dans une scabreuse affaire domaniale et que les charges retenues contre sa personne sont sérieuses.
Fraternité dans le secret des dieux fait savoir que de sources concordantes, le Préfet du littoral est poursuivi pour abus d’autorité et faux en écriture publique dans une affaire domaniale.
L’homme fort du littoral est gardé à vue suite à des déclarations contradictoires avec celles du géomètre ayant en charge le morcellement dudit domaine.
Le quotidien de Mènontin annonce qu’il sera présenté au Procureur Vendredi prochain.
Le Confrère de la Matinée pour sa part parle déjà de descente aux enfers de ‘’l’homme fort ‘’du littoral.
Parlons maintenant politique.
Fraternité nous informe que dans le cadre des législatives 2019, demain Jeudi 21 Février 2019 c’est le grand jour de l’ouverture du dépôt des dossiers.
La Commission électorale nationale autonome (CENA) va procéder au lancement officiel de la phase d’enregistrement et de réception des déclarations de candidatures.
Cette phase va durer cinq jours.
Parlant toujours des préparatifs des législatives, la Nation nous apprend que pour le recrutement des agents électoraux par la Cena, il y’a eu plus de 123.000 candidatures pour 45.000 postes.
La Presse du Jour donne la même information et mentionne que c’est le point fait par le Président de la Cena, Emmanuel Tiando hier à son siège.
Le journal parle de 78.370 dossiers supplémentaires et trouve que la tâche ne sera pas du tout aisée pour la commission électorale pour retenir les agents électoraux dont elle à besoin.
La Presse rapporte les propos du Président Tiando selon qui ce fort effectif traduit l’engouement des béninois pour la chose électorale.
Les Journaux dans leur grande majorité sont revenus sur la déclaration avant-hier de l’opposition à l’hôtel Azalaî.
Chacun y va de son commentaire.
Le Progrès trouve en cette sortie médiatique de l’opposition, une expression de la peur.
Le Confrère de la Matinée, à l’opposé affirme que Yayi, Ajavon, Soglo et Azannaî sont solidairement unis pour sauver la démocratie béninoise.
La Nation de son côté parle de piège que recèle, la réclame de l’opposition.
Le quotidien de service public fait remarquer que le sujet qui fait actuellement office de patate chaude reste l’article 242 du code électoral, objet de toutes les interprétations et de tous les fantasmes.
Mais en vérité, au regard des récriminations formulées, il y’a lieu d’en conclure qu’il y’a plus d’auto flagellation que de quiproquo.
Un mot d’éducation dans cette Revue.
Le Béninois Libéré nous informe que fidèle au rêve du Président Talon, Aké Natondé vient de délocaliser le savoir dans le Zou avec l’ouverture des portes de la Haute Ecole de Commerce et de Management (HECM) à Bohicon dans un cadre flambant neuf.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s