La revue de presse sur Radio Bénin

   la revue de presse  
 

Revue de presse du 17 août 2018

Issa Bah Seko

Accès à l’eau potable pour tous, l’objectif 2021 sera une réalité. C’est le vœu cher du gouvernement du Président Patrice Talon. Les journaux en parlent depuis hier. Aujourd’hui encore, les publications persistent et signent qu’aucun village ne doit plus manquer d’eau potable au Bénin. Et cette volonté du gouvernement de la rupture se concrétise à une vitesse qui agite plus d’un, écrit la Presse du jour. Le canard n’en veut pour preuve, les nombreux forages réceptionnés et d’autres en cours de réalisation dans presque toutes les communes du Bénin. L’événement précis publie d’ailleurs une interview du ministre en charge de l’eau et des mines, Samou Séidou Adambi à sa page 3. Dans cette interview le ministre a fait le point de quelques jours de périple sur le terrain. C’était une tournée de visite et de suivi sur les différents chantiers de projets d’adduction et d’extension d’eau au profit des populations. Dans l’ensemble, selon la presse du jour le ministre SAMOU Seidou Adambi se dit être globalement satisfait de l’évolution des chantiers.

En attendant que le liquide précieux ne coule davantage, abordons un sujet que le quotidien la priorité évoque à sa page 3. Le journal se demande ce que sont devenues les anciennes tenues des policiers et gendarmes depuis l’arrivée de la nouvelle tenue de la police républicaine. Pour la priorité, cette question mérite d’être posée lorsqu’on connait l’environnement béninois avec tous ces individus mal intentionnés qui foisonnent. La priorité se demande donc, si ces tenues ne vont pas tomber dans les mains de ces jeunes désœuvrés prêts à braquer, à tuer pour de l’argent. Pour le journal, il est urgent de situer la population sur le sort réservé aux anciennes tuniques des forces de l’ordre.

Et puisqu’on parle de sécurité, fraternité rapporte que des braqueurs ont tiré sur une caissière hier à Porto-Novo. Cette dame a été tuée par les hors-la loi non loin du marché Ouando. Elle s’était rendue dans une banque, mais à sa sortie elle a été la cible d’un groupe de braqueurs. Des divorcés sociaux se sont remorqués sur une moto et ont ouvert le feu sur la dame avec une arme perfectionnée AKM avant de lui arracher son sac qui contiendrait des millions de FCFA. Fraternité fait savoir que les braqueurs se sont volatilisés. La presse du jour confirme l’information et ajoute que les braqueurs ont tiré dans toutes les directions pour tenir tout le monde en respect. Mais le quotidien le télégramme signale qu’un des malfrats a été arrêté.

Passons des braqueurs, à la Police Républicaine où le potentiel parle de deuil. Le directeur départemental de la police républicaine du Mono a passé l’arme à gauche, écrit le potentiel. Il s’appelait Jacques Tonoukoin, chef d’escadron, il est passé de vie à trépas dans la nuit du mercredi à hier jeudi dans un hôtel de Cotonou où il était en formation. Seule l’autopsie peut donner les véritables causes, même si certaines langues font le pronostic d’un accident cardiovasculaire. A 42 ans, il était reconnu pour son humilité mais très rigoureux. Sa dextérité et sa perspicacité marqueront pour toujours la police républicaine. Le télégramme parle de la mort brutale de l’officier et se pose plusieurs questions. Au nombre de ces questions, on peut retenir : l’hôtel est-il doté d’une caméra de surveillance? Le personnel de chambre avait-il reçu des signes suspects de malaise de leur client ? Ou, a-t-il aperçu un visiteur aux allures suspectes ? Le registre des visiteurs était-il à jour ? Les réponses à tous ces questionnements, loin de ramener le regretté à la vie, vont permettre la manifestation de la vérité conclut le télégramme.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s