lundi, 18 février 2019 10:40

Des journalistes sensibilisés sur la transhumance frontalière et le commerce du bétail en Afrique de l’Ouest

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Un atelier d’information et de sensibilisation sur la transhumance frontalière et le commerce du bétail s’est ouvert à Lomé au Togo ce 18 février 2019. Il réunit une vingtaine de journalistes de l’Afrique de l’Ouest. C’est une initiative du Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) en partenariat avec des organisations non gouvernementales.

Durant trois jours, les participants vont s’informer, se familiariser et découvrir les enjeux liés à la mobilité et le commerce du bétail en Afrique de l’Ouest. Il sera aussi question d'échanger sur les préoccupations qui découlent de la transhumance frontalière, source de conflits entre éleveurs et agriculteurs. Une conférence publique ainsi qu’une exposition mettront fin aux travaux de cet atelier.

Cette rencontre qui intervient après celle de Ouagadougou en 2018 entre dans le cadre de l’amélioration des actions du Projet Régional d'Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS).

Pour le responsable des programmes et représentant l’ONG Acting for life, Arnaud François, l’atelier vise à permettre aux journalistes d’être plus aguerris sur les défis du pastoralisme afin de dépasser les clichés et les stéréotypes qui le caractérisent. Pour sa part, le représentant du CONACILSS Togo, Ewarou Kpatchal, espère des participants des productions qui mettent en exergue une reconnaissance des efforts liés à la gestion du pastoralisme surtout en ces périodes de changements climatiques.

Initié en 2013 pour un coût de 150 milliards de francs CFA, le PRAPS est exécuté dans six pays sahéliens. Il repose sur cinq composante et vise à améliorer d’une part “l’accès à des moyens et services de production essentiels et aux marchés pour les pasteurs et agro pasteurs dans des zones transfrontalières sélectionnées et le long des axes de transhumance dans les six pays du Sahel”, et d’autre part “la capacité de ces pays à répondre à temps et de façon efficace en cas de crises pastorales ou d’urgences”

Lu 1019 fois
0
0
0
s2smodern