Maurice Thantan

Maurice Thantan

0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Les résultats de la cinquième édition de l’enquête démographique et de santé ont été rendus publics ce mardi 2 avril 2019 à la faveur d’un atelier. Les travaux se sont déroulés sous la co-présidence du ministre d’Etat chargé du plan et du développement et d’Allan Read, représentant de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), chef de file des partenaires techniques et financiers. Les ministres de la Santé et des affaires sociales étaient également présents au cours des travaux de dissémination des grands enseignements tirés de cette enquête.

En dressant un état des lieux fiable du système sanitaire du Bénin, l'enquête démographique et de santé apparaît comme un instrument d’une importance capitale pour le gouvernement ainsi que pour les partenaires au développement. Ces derniers pourront se baser sur des indicateurs clairs et fiables pour planifier des projets et programmes de développements.

“Les résultats que nous partageons ce jour offre aux décideurs,chercheurs et aux partenaires au développement, l’opportunité de disposer d’une base de données actualisée sur les indicateurs socio-démographiques et sanitaires sur l’évaluation et le suivi des programmes et politiques de développement”, a rappelé Laurent Hounsa, directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique.

“Les données recueillies au cours de cette enquête sont déterminantes pour évaluer les progrès que nous avons réalisés lors de cinq dernières années afin de nous projeter dans l’avenir”, a ajouté Allan Read.

Enseignements

L’enquête démographique et de santé conclut, entre autres, que 78% des naissances se sont déroulées avec l’assistance de personnel qualifié. On retient également que le taux de naissances ayant eu lieu dans un établissement de santé est de 84%. Le taux d’enregistrement à l’état civil des enfants de moins de 5 ans est de 86%. Cependant, un enfant sur 3 (33%) de 5-17 ans a travaillé à la limite au-dessus du seuil défini pour son groupe d’âges.

Il faut préciser que l’enquête démographique et de santé est une enquête opérationnelle. Elle a commencé à se faire au Bénin depuis 1996 et est actualisée chaque cinq ans. Pour en arriver aux résultats de cette 5ème édition qui s’est déroulée du 6 novembre 2017 au 28 février 2018, près de 15.000 ménages dont près de 7.000 en milieu urbain et 7 500 en milieu rural ont été interrogés avec un taux de réponse tutoyant les 100%.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

La première édition du championnat d’Afrique de pétanque réservé aux dames s’est déroulé à Tunis du 24 au 28 mars 2019. Dans la capitale tunisienne, les boulistes béninoises ont brillé par leur adresse. Elles ont terminé la compétition avec la médaille de bronze, synonyme de troisième place.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Suivez ici en intégralité votre émission "5 sur 7 Matins" du Mercredi 27 Mars 2019

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Suivez ici l'intégralité de votre émission "5 sur 7 matins" du Mardi 27 Mars 2019.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Suivez à nouveau l'intégralité de votre émission "5 sur 7 matins" du Lundi 26 Mars 2019

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

L’Institut international d’agriculture tropicale (Iita) réfléchit aux possibilités d’amélioration de la productivité du maïs au Bénin. L’origine de cette réflexion se trouve dans la faiblesse de la productivité du maïs local. Organisée sous l’égide du programme Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique (TAAT) coordonné par l’Iita, la rencontre a réuni les acteurs du secteur.

“Malgré tous les appuis dont cette filière a bénéficié de tous temps, il est quand même aisé de remarquer que sa productivité est encore faible. Le rendement moyen national est encore de 1300 kilos à l’hectare”, a fait remarquer le directeur général adjoint de l’Institut national de recherche en agriculture (Inrab). Pourtant “des possibilités d’amélioration de sa productivité existent chez nous”, va ajouter Dr. Nestor Ahoyo.

Ce sont ces possibilités d’amélioration qui doivent être mises à l’échelle pour améliorer réellement la productivité du maïs. Les acteurs sont alors appelés à évaluer leurs besoins et capacités en intrants et services.

Le maïs au Bénin, faut-il le rappeler, est l’une des céréales les plus consommées. Il occupe la première place dans le système alimentaire national et contribue à plus de 100 milliards de francs CFA au produit national brut (PNB).

Le programme “TAAT” quand à lui, est la nouvelle stratégie de la Banque Africaine de Développement en matière de sécurité alimentaire sur le continent. Lancé en 2017, le “TAAT” a pour objectif d’assurer 513 millions de tonnes de production alimentaire en plus et ainsi sortir près de 250 millions d’Africains de la pauvreté d’ici à 2025.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

C’est au pas de charge que le ministre du Cadre de vie et du développement durable a visité les chantiers du projet “Asphaltage dans la ville de Natitingou le samedi 23 mars 2019. Accompagné des cadres de son département, de la directrice de l’Agence du Cadre de vie et en présence des autorités administratives locales, Didier Tonato a pris la mesure de l’avancement des travaux et fait des recommandations.

Dans la cité des Nanto, le projet “Asphaltage” concerne une vingtaine de rues. Les travaux qui ont commencé depuis plusieurs semaines n’évoluent pourtant pas au rythme souhaité. “Actuellement nous sommes à 15% de niveau d’exécution pour un délai consommé d’environ 49%”, a résumé François Agomadjè, chef de projet “Asphaltage” au ministère du Cadre de vie. Ce bilan n’est pas satisfaisant aux yeux du ministre Didier Tonato : “Je ne suis pas satisfait parce que je suis à 15 % d’avancement physique”.

Accélérer les travaux

Face à cette situation, tous les acteurs se sont entendus sur la nécessité d’accélérer les travaux. “L’entreprise s’engage à rattraper en mobilisant plus de monde et de matériel et c’est ce qui est train d’être fait”, a expliqué le chef de projet “Asphaltage”. “Notre objectif est de respecter rigoureusement les délais impartis, de faire en sorte que au terme de chaque marché nous puissions procéder la réception provisoire rue par rue, rue par ville de tous les travaux qui auront été exécutés", a rappelé Olga Prince Dagnon, directrice de l’Agence du Cadre de vie.

A ce propos, des solutions ont été proposées en vue de régler les difficultés d’avancement que rencontrent les chantiers à Natitingou. Le ministre du Cadre de vie a saisi l’occasion pour rappeler toute l’importance du projet. “Jamais à Natitingou, on a ouvert autant de chantiers à la fois. Ramener à la proportion de la ville, ce que le projet “Asphaltage” veut faire en 15 mois dépasse ce qui a été fait en 50 ans, en termes de voirie aménagée”, a assuré José Didier Tonato.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

La qualification des Écureuils à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations a mis beaucoup de joie dans le cœur des Béninois. Cette joie, les Béninois l’ont abondamment exprimé sur Internet et les réseaux sociaux en particulier. Au coup de sifflet final du match contre le Togo, remporté deux buts à un (2-1) par le onze national au stade Général Mathieu Kérékou de Cotonou, dimanche 24 mars 2019, beaucoup de messages de félicitations ont été postés sur Facebook et Twitter notamment.

On voit ici, par exemple, le message de Dine Adechian qui écrit « Félicitations aux Écureuils et au public du Bénin pour cette quatrième qualification à la Coupe d'Afrique des Nations après 2004, 2008 et 2010 ».

Comme cet internaute, Augustin Dossou aussi félicite les Écureuils pour leur magnifique victoire. Pour Bola Balogoun, « Les ÉCUREUILS du Bénin sont désormais officiellement à seulement 6 matchs du titre de champion d'Afrique pour le compte de l'année 2019 »

De nombreuses réactions également sur Twitter. Ici, on notera le message de l’ancien international français d’origine béninoise, Sydney Govou. L’ancien joueur de Lyon écrit « Les écureuils seront à la CAN en Egypte @hondjo1 . Bravo à tous et big up à tous les Béninois et Beninoise ».

Le compte de l’Ambassade des Etats-Unis a aussi lâché un message de félicitations pour les Ecureuils. « Félicitations aux écureuils ! A l'ambassade, tout le monde est enthousiaste de savoir que le 11 national du Bénin aura ses crampons en Egypte pour la prochaine CAN ! On se prépare pour le grand rendez-vous du football africain ! », peut-on lire.

Le chanteur Fanicko n’est pas resté en marge de la célébration. On a remarqué son message de félicitations aussi, lui qui écrit : « Oyéééé (...) Merci les Écureuils. C'est le Feu et le Feu ? C'est Petit mais c'est Puissant ? ».

Et pour finir, nous avons retrouvé le plus pressé parmi tous les supporters béninois. Il s’appelle Mo Bolade. Sur Twitter, il écrit : « J'ai déjà prix mon billet pour l'Egypte». Avant de conclure « Merci aux Écureuils du Bénin »

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Les clubs de football béninois des championnats de première, deuxième et troisième division ont reçu des subventions du gouvernement à travers le ministère des sports. La cérémonie de remise des chèques s’est déroulé le mercredi 13 mars 2019 à Cotonou. Au total, 400 millions de francs CFA ont été distribués car, en plus des formations sportives, la Fédération béninoise de football a également reçu une enveloppe financière du gouvernement pour soutenir son fonctionnement.

Pour cette année, les subventions accordées aux équipes évoluant dans les divers championnats ont été augmentées, a précisé le ministre des sports. Les niveaux de subventions de cette année, connaissent, pour les clubs de Ligue 1, de Ligue 2 comme de Ligue 3 connaissent une augmentation, a précisé Oswald Homeky. En effet, chaque club de première division a reçu une enveloppe de 10 millions de francs CFA. Les clubs de deuxième division ont reçu chacun six millions et les équipes de troisième ont été subventionnés à hauteur de quatre millions chacun.

Quand à la Fédération béninoise de football, elle a vu sa subvention habituelle destinée au fonctionnement passée du simple au double. La FBF a reçu 20 millions de francs CFA. Pour Bonaventure Coffi Codjia, directeur des sports d’élite, ces subventions représentent, “le coup de pouce nécessaire que l’Etat afin de vous permettre de faire efficacement face aux charges induites par la participation de vos clubs aux différents championnats.”

De son côté, le président de la Fédération béninoise de Football s’est dit “comblé” et “heureux” de voir “le gouvernement honorer son engagement”. Car, d’après Mathurin de Chacus, “sans l’accompagnement du gouvernement, il y aura pas de football”. Cependant, il faut signaler que de nouvelles exigences de gestion accompagnent ces subventions revues à la hausse. Le ministre l’a martelé aux présidents de clubs : “C’est désormais l’obligation qui vous est faite de mettre à notre disposition, la liste ainsi que les copies des contrats de tous les joueurs qui sont engagés dans vos clubs.” Le gouvernement tient à une gestion judicieuse des fonds alloués aux clubs.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Retrouvez ici l'intégralité de votre émission "5 sur 7 Matins" du Mercredi 13 Mars 2019

 

0
0
0
s2smodern
Page 8 sur 39