lundi, 26 novembre 2018 14:26

Des pays francophones préparent leur adhésion au Partenariat pour un gouvernement ouvert

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Tunis, la capitale de la Tunisie, a accueilli les 22 et 23 novembre 2018, un premier séminaire regroupant des participants de pays d’Afrique francophone autour du “gouvernement ouvert”. Pendant deux jours, des acteurs de la société civile et des représentants des gouvernements venus de 14 pays ont échangé autour des bonnes pratiques et partagé leurs expériences en matière de gouvernance ouverte et participative.

La rencontre s’inscrit dans le cadre des activités du Projet d’appui aux gouvernements ouverts francophones (Pagof) mis en oeuvre par CFI Médias et Expertise France grâce à un financement de l’Agence française de développement (AFD). Elle a permis aux représentants des gouvernements de rencontrer les acteurs de la société civile et de discuter autour des dynamiques à mettre en place pour que chaque pays non encore membre atteigne l’éligibilité au Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). L’occasion a été pour beaucoup d’acteurs d’un même pays de se rencontrer pour la première fois. C’est le cas par exemple des participants du Togo.

L’autre objectif du séminaire était de “valoriser et partager au niveau régional, les bonnes pratiques et expériences réussies de gouvernement ouvert dans les pays déjà membres du PGO” comme la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et la Tunisie. Cela a été rendu possible à travers plusieurs ateliers thématiques au cours desquels les participants ont tiré des enseignements des expériences partagées.

Le Pagof a également comme objectif d’accompagner les pays d'Afrique francophone dans l'atteinte des critères d'adhésion au PGO, “permettant ainsi une présence accrue de ces derniers dans cette initiative, tout en se basant sur l'expérience acquise des pays déjà membres. Pour ce faire, son action consiste aussi à “donner et partager des outils de gouvernement ouvert en langue française qui pourront utilement être complétés et répliqués dans tous les pays.”

Le Bénin représenté

Bien qu’ayant fait sa demande d”adhésion en 2015, le Bénin n’est toujours pas membre du Partenariat pour un gouvernement ouvert. Le pays n’a pas encore satisfait à certaines exigence préalables. Pour adhérer au PGO, les pays qui en font la demande doivent remplir quatre critères notés sur 100 points à savoir la transparence budgétaire et fiscale qui se traduit par la mise à disposition du public et la mise à jour régulière des documents fondamentaux relatifs à la dépense publique, l’accès à l'information, la divulgation du revenu et des avoirs des élus et responsables publics et la participation et l’engagement des citoyens dans l'action publique. A en croire Theophilus Chiviru, coordonnateur du PGO pour l’Afrique et le Moyen-Orient, le Bénin compte 56 points sur les 100, or 75 points sont nécessaires pour que le pays soit éligible.

Au séminaire de Tunis, les parties prenantes du Bénin étaient pourtant bien représentées. Alain Hinkatin, chef du département gouvernance et finance publique au sein du Bureau d’analyses et d’investigations de la présidence, et Dieudonné Houinsou, secrétaire exécutif de Social Watch Bénin ont pris une part active aux travaux. Ce dernier a d’ailleurs eu l’occasion, au cours d’un atelier thématique, de présenter l’expérience du Bénin en matière de transparence budgétaire. Des membres de l’Association des blogueurs du Bénin étaient également présents du côté de la société civile.

Les deux parties ont profité de l’occasion pour réaffirmer leur volonté de travailler ensemble pour que le Bénin devienne éligible à l’organisation. M. Hinkatin a d’ailleurs rappelé que des démarches ont déjà été entreprises en collaboration avec l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) qui appuie les gouvernements à remplir les critères d’adhésion.

Pour les organisateurs et pour les participants, le séminaire a été une réussite tant par la qualité des travaux que par le partage des expériences. Il faut rappeler que le projet Pagof qui est une matérialisation des engagements pris par la France dans son plan d’action annuel en tant que membre du PGO est une initiative triennale. Le prochain séminaire aura donc lieu à Abidjan en Côte d’Ivoire. Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso accueillera celui de 2020 dans deux ans.

Lu 342 fois
0
0
0
s2smodern