Les chiffres indicatifs des décès en Afrique pour cause du cancer du col utérin sont épouvantables. Et il importe de réfléchir à tous les moyens pouvant permettre de placer la situation sous contrôle. S’il est prouvé le virus facteur de la maladie du cancer de col est dans la majorité des cas sexuellement transmissible, c’est aussi une réalité que la multiparité chez les femmes est aussi un facteur favorisant pour faire la maladie. De ce fait, les méthodes modernes de planifications familiales ne peuvent être négligées dans la lutte. C’est le message que véhicule ce magazine de Eveline SAGBOHAN.