lundi, 12 décembre 2016 17:04

Tournée dans les prisons : le garde des sceaux au contact des difficultés du milieu carcéral

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le ministre de la Justice a achevé une tournée dans deux prisons en fin de semaine dernière. Joseph Djogbénou était à la prison d’Abomey le 8 décembre 2016 puis à celle de Parakou le lendemain. A chaque étape le garde des sceaux a pu remarquer les difficultés que rencontrent les établissements carcéraux. Il a envisagé quelques solutions.

Le ministre de la Justice a achevé une tournée dans deux prisons en fin de semaine dernière. Joseph Djogbénou était à la prison d’Abomey le 8 décembre 2016 puis à celle de Parakou le lendemain. A chaque étape le garde des sceaux a pu remarquer les difficultés que rencontrent les établissements carcéraux. Il a envisagé quelques solutions.

La surpopulation carcérale est une préoccupation partagée dans les deux prisons visitées. A Abomey, le ministre de la Justice a pu voir les nouveaux bâtiments de la prison civile de la cité historique. “Nous sommes ici pour voir comment est ce que l’administration pénitentiaire est mise en mouvement et surtout la préoccupation essentielle de la construction d’une nouvelle maison d’arrêt”.

Pour le garde des sceaux, les anciens locaux de la prison civile d’Abomey ne sont plus dignes d’accueillir des “être humains”. “Nous allons prendre des dispositions et rendre compte au président de la République et au conseil des ministres”, a-t-il assuré.

A Parakou, Joseph Djogbénou s’est montré préoccupé par la jeunesse de la population carcérale. “Vous êtes si jeunes que votre détention est un désastre pour le pays. Votre place est dehors pour travailler”, a-t-il fait observer aux détenus. Ici aussi, de nouveaux bâtiments sont construits pour augmenter la capacité d’accueil de l’établissement. Mais il reste certains travaux confortatifs avant de les rendre opérationnels.

L’étape parakoise de la tournée du ministre l’a également mené au Centre de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Parakou et à la cour d’appel de la ville.

Maurice Thantan

Lu 440 fois
0
0
0
s2smodern