mardi, 14 juin 2016 08:57

Les populations de Womey s’insurgent contre “la mafia foncière Marcos”

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Début de semaine singulier pour le ministre de la Justice. De rouge vêtues et brandissant des pancartes, c'est des populations désabusées et en colère qui ont mis le siège devant son cabinet tôt dans la matinée de ce lundi 13 juin 2016.

Début de semaine singulier pour le ministre de la Justice. De rouge vêtues et brandissant des pancartes, c'est des populations désabusées et en colère qui ont mis le siège devant son cabinet tôt dans la matinée de ce lundi 13 juin 2016.

Rassemblées au sein du Cercle des acquéreurs et propriétaires pour la paix sociale (CAPPS), les populations de Womey sont venues crier au Garde des sceaux leur désarroi face à ce qu'elles appellent la "Mafia foncière Marcos".

A les écouter, Nestor Montcho Sokou, entrepreneur, serait venu exécuter une décision de justice rendue en sa faveur dans l'affaire dite Marcos, un différend domanial. La décision ordonnait le déguerpissement des occupants de terrains litigieux à Womey, commune d'Abomey-Calavi. Face à la résistance de ces derniers, des coups de feux seraient partis, faisant quatre blessés graves.

Les membres du CAPPS dénoncent une injustice dans un pays qui se clame Etat de droit. S'estimant en "insécurité", ils implorent l'"implication totale et imminente" du ministre de la justice pour dénouer la crise. Les populations de Womey contestaient par ailleurs l'ordonnance d'exécution de la décision qui serait prise sur la base de preuves inexactes.

Le Garde des sceaux a reçu en personne ses visiteurs inhabituels. Joseph Djogbénou a d'abord expliqué aux manifestants l'impossibilité du gouvernement de s'opposer à l'exécution d'une décision de justice, en vertu du principe de séparation des pouvoirs. Cependant il compte exploiter toutes les possibilités offertes par la loi sur le foncier pour soulager les peines de ses plaignants. Ladite loi interdisait par exemple l'expulsion en période de pluie.

Les manifestants ont promis de revenir à la charge si leur démarche n'était pas suivie d'effet dans les meilleurs délais.

 

Agohoué Géraldo

Lu 5270 fois
0
0
0
s2smodern