jeudi, 25 septembre 2014 08:39

Flore Gangbo à propos de la lutte contre le régionalisme : " ...Nous devons inventer des mécanismes de brassage "

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le Samedi 20 septembre 2014, l'association Convergence d'Actions pour l'unité nationale a organisé à Cotonou un forum sur le régionalisme au Bénin. Les cadres béninois initiateurs de la réflexion voulaient lancer le débat sur ce phénomène...

Le Samedi 20 septembre 2014, l'association Convergence d'Actions pour l'unité nationale a organisé à Cotonou un forum sur le régionalisme au Bénin. Les cadres béninois initiateurs de la réflexion voulaient lancer le débat sur ce phénomène qui menace selon eux la cohésion nationale. Flore Gangbo, ancien ministre de la Santé et Première Vice-présidente du Conseil national de l'Education était invitée à la rencontre. Dans cette interview qu'elle a accordée à l'ORTB, elle évoque les causes du régionalisme, ses conséquences et les moyens de le combattre.

ORTB : Quelles sont les origines du régionalisme au Bénin ?

Flore Gangbo : Le régionalisme caractérisé par le rejet de l'autre, est basé sur des préjugés. On rejette l'autre parce qu'il constitue parfois une menace. Les causes de ce phénomène sont d'abord structurelles et reposent sur un complexe de supériorité. Ensuite, il y a des causes conjoncturelles liées souvent aux guerres. Notre pays a connu à un moment donné de son histoire les expéditions guerrières des rois contre les voisins et parfois contre d'autres peuples présents sur leur propre territoire. Au fil du temps, ces guerres successives ont semé les germes de la méfiance, la fermeture sur soi. Avec la colonisation qui est intervenue en pleines guerres, les peuples n'ont pas eu le temps de se structurer, de se mettre en unité. Normalement les guerres devraient aboutir à l'unité. Les colons ont mis en place un système qui n'a pas permis aux différents peuples installés sur le territoire dahoméen de l'époque de s'organiser.

Comment se manifeste donc le régionalisme aujourd'hui dans notre pays ?

De plus en plus on entend les expressions comme "le fils du terroir", " c'est ma région" et autres qui traduisent cette tendance à se replier sur soi. Si on n'y prend garde, nous allons voir semer petit à petit de mèches qui, mises l'une au bout de l'autre, peuvent enflammer le pays un jour. Nous attirons l'attention sur ces paroles qui paraissent aujourd'hui anodines mais qui peuvent constituer des germes [du régionalisme].

Le fait de vouloir développer chez soi est-il un problème, ou est-ce le Béninois qui en a fait un problème?

Développer sa région n'est pas du tout mauvais. [Seulement], on doit aller vers une certaine équité. Nous attirons l'attention des jeunes dans les universités qui se regroupent par villages, par villes [d'origine], [ou à travers la création] d'associations de développement. Nous devons certes nous développer, mais nous devons veiller à penser à un développement qui fait du bien à la nation béninoise tout entière.

Quelles solutions avez-vous préconisées au cours du forum ?

Nous avions connu des facteurs de brassage [entre Béninois]. Le système d'internat par exemple qui a malheureusement disparu. Nous devons aujourd'hui inventer des mécanismes de brassage. Le régionalisme a certainement des côtés positifs. Il nous revient donc de recenser ces aspects positifs à conserver et rejeter les aspects négatifs du phénomène. Et le fait d'en parler est déjà un moyen de lutte contre le régionalisme. 

Lu 25545 fois
0
0
0
s2smodern