mercredi, 09 décembre 2015 08:29

Les travailleurs de Bénirail plaident pour la préservation de leurs emplois

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Une nouvelle voix s'élève dans l'affaire Petrolin contre groupe Bolloré et Etat Béninois. Les travailleurs de Bénirail (ex-Ocbn) sont montés au créneau ce mardi 8 décembre 2015 pour s'adresser à l'opinion publique. Leur sortie fait suite à la décision de justice interdisant au groupe Bolloré, concessionnairede Bénirail...

Une nouvelle voix s'élève dans l'affaire Petrolin contre groupe Bolloré et Etat Béninois. Les travailleurs de Bénirail (ex-Ocbn) sont montés au créneau ce mardi 8 décembre 2015 pour s'adresser à l'opinion publique. Leur sortie fait suite à la décision de justice interdisant au groupe Bolloré, concessionnaire de Bénirail, de poursuivre les travaux de modernisation du chemin de fer Cotonou-Parakou dans le cadre du projet de la boucle ferroviaire.

Ils étaient des dizaines à se rassembler dans les vieux ateliers de l'entreprise à Cotonou pour s'adresser à l'opinion par les voix des secrétaires généraux des syndicats de l'entreprise. Ces derniers étaient soutenus par les secrétaires généraux de trois centrales syndicales en les personnes de Pascal Todjinou de la Cgtb, Dieudonné Lokossou de la Csa-Bénin et Noël Chadaré de la Cosi-Bénin.

En substance, il ressort de la déclaration lue par le secrétaire général du Syncobéni, Arsène Adjovi, que les travailleurs exigent la préservation de leurs emplois peu importe l'issue de l'affaire qui oppose l'Etat béninois et le groupe Bolloré à Petrolin. Même s'ils ont visiblement un penchant pour l'entreprise française dont le patron a payé leurs arriérés de salaires, ils disent ne pas s'opposer à la décision de la justice. Mais ils craignent de retomber dans la misère d'il y a quelques mois avec l'application effective de l'arrêt de la cour d'appel. L'angoisse des travailleurs est d'autant plus grande que malgré les assurances du Chef de l'Etat sur la continuité des travaux, le groupe Bolloré ne mène plus aucune action sur les chantiers du chemin de fer.

Les cheminots se voient comme des victimes collatérales d'une bataille entre deux hommes d'affaires pour des intérêts personnels. Leur sortie médiatique est donc pour attirer l'attention du public sur leur sort et la peur qui a gagné leur rang depuis l'arrêt des travaux. Ils plaident surtout que les emplois et leurs salaires soient sauvegardés.

C'est sur cet aspect qu'insisteront également les trois secrétaires généraux des centrales syndicales venus soutenir leurs camarades. Dieudonné Lokossou, Noël Chadaré et Pascal Todjinou vont marteler successivement leur attachement aux principes de la défense des droits de travailleurs dont le premier en la circonstance est la sauvegarde de leurs emplois. Ils ont promis oeuvrer de toutes leurs forces pour que l'intérêt des travailleurs soit sauvegardé et surtout pour qu'ils ne retombent pas dans la misère des années antérieures.

Lire aussi : Boucle ferroviaire : Les cheminots du Bénin soutiennent Bolloré

 

Maurice Thantan (@seigla)

Lu 16409 fois
0
0
0
s2smodern