lundi, 07 décembre 2015 10:55

Cotonou abrite un colloque international sur la constitution et les crises en Afrique

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

"La Constitution et les crises en Afrique" est le thème d'un colloque international de deux jours qu'organise à partir ce lundi 7 décembre 2015 à Cotonou, l'Association béninoise de droit constitutionnel (Abdc). Des professeurs africains et français de droit public, des spécialistes des questions constitutionnelles, et des chercheurs sont réunis à la salle de conférence ...

Professeur Joël Aïvo, président de l'Abdc à Cotonou le 7 décembre 2015

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"La Constitution et les crises en Afrique" est le thème d'un colloque international de deux jours qu'organise à partir ce lundi 7 décembre 2015 à Cotonou, l'Association béninoise de droit constitutionnel (Abdc). Des professeurs africains et français de droit public, des spécialistes des questions constitutionnelles, et des chercheurs sont réunis à la salle de conférence des tours administratives de Cotonou pour échanger sur ce thème plus que d'actualité. Aux côtés de ces praticiens du droit, des personnalités politiques ont pris part ce matin à l'ouverture du colloque. Parmi elles, l'ancien président de la République, Nicéphore Soglo et l'ancien président de la Cour constitutionnelle, Me Robert Dossou.

Selon le président de l'Abdc, l'initiative du colloque sur "la Constitution et les crises en Afrique" est partie du constat que nombre de pays africains sont encore en proie à des dysfonctionnements de leurs systèmes politiques, éprouvés par des faiblesses de leurs Constitutions ou la violation flagrante de celles-ci. "Au moment où s'ouvre ce colloque, certains Etats sont encore installés dans la crise et se battent pour en sortir (...)". Le Professeur Joël Aïvo cite en exemple les récentes crises au Burkina Faso, au Burundi, en Centrafrique, au Soudan du Sud... Même les pays considérés comme les "plus stables" du continent ne sont souvent pas à l'abri, fait observer le président de l'Abdc. Il rappelle les presque-crises qu'ont connues le Bénin en 2001 et 2011 et le Sénégal en 2012, avec comme point commun la contestation du processus électoral.

"Au cœur de la crise se trouve la Constitution"

"L'Afrique des crises entretient des rapports étroits avec la Constitution", a indiqué Joël Aïvo pour démontrer comment les crises africaines tournent toujours autour de l'application des lois fondamentales :

"La Constitution devient un référent incontournable à chaque moment de la crise : avant, pendant et après. (...) Avant la crise, la Constitution est en soi source de la crise ; pendant la crise elle est contestée en certaines de ses dispositions, suspendues au besoin ou carrément écartée ; au sortir de la crise, la Constitution est réaménagée ou abandonnée. Au cœur de la crise se trouve la Constitution (...)''.

Le colloque de Cotonou vise quatre objectifs :

  1. mettre la lumière sur la réalité et l'étendue des crises qui mettent en souffrance la Constitution en Afrique ;
  2. cerner les conséquences des crises sur le respect de la Constitution dans nos Etats ;
  3. insister sur le rôle du juge constitutionnel dans la gestion des crises politiques
  4. et évaluer la contribution des organisations internationales à la gestion des transitions politiques.

Et en terme de contribution des organisations internationales, il faut dire que le colloque est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie représentée à Cotonou par le directeur de cabinet de la secrétaire générale Michaëlle Jean et un autre expert.

Notons enfin que c'est la ministre de la Justice, représentant du gouvernement, qui a ouvert les travaux du colloque. Celui-ci sera sanctionné par la réalisation d'un ouvrage collectif regroupant l'ensemble de la vingtaine de communications qui seront présentées jusqu'au mardi 8 décembre.

 

Vincent Agué

Lu 16780 fois
0
0
0
s2smodern