mercredi, 11 novembre 2015 09:19

Procès de l’affaire Dagnivo : les accusés ne reconnaissent pas les faits

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le procès reporté de l'affaire d'assassinat de Pierre Urbain Dagnivo a débuté ce mardi 10 novembre 2015 à la Cour d'appel de Cotonou. Ce premier jour du procès a été marqué par des déclarations pour le moins inattendues des deux accusés dans cette affaire. CodjoAlofa et Donatien Amoussou ont nié les faits...

Des curieux aux abords de la Cour d'appel de Cotonou le 10 novembre 2015

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le procès reporté de l'affaire d'assassinat de Pierre Urbain Dagnivo a débuté ce mardi 10 novembre 2015 à la Cour d'appel de Cotonou. Ce premier jour du procès a été marqué par des déclarations pour le moins inattendues des deux accusés dans cette affaire. CodjoAlofa et Donatien Amoussou ont nié les faits qui leur sont reprochés alors qu'ils auraient fait des aveux lors de leur arrestation.

Les faits

Pierre Urbain Dagnivo disparaît le 17 août 2010 à bord de sa voiture après son passage chez sa deuxième épouse dans un quartier de Cotonou. Son téléphone retrouvé permet d'identifier Codjo Alofa comme une des dernières personnes avec lesquelles le fonctionnaire du ministère des Finances a échangé avant sa disparition. Interpellé, Alofa reconnaît être le charlatan de Dagnivo et avoue l'avoir tué au moyen d'un somnifère qu'il s'est procuré auprès de Donatien Amoussou, l'autre accusé dans cette affaire. Pour rappel, un corps a été exhumé au domicile d'Alofa en octobre 2010 et présenté comme celui de Pierre Urbain Dagnivo. L'accusé principal donne plutôt une autre version ce mardi devant les juges.

"Pièce de théâtre"

Cette affaire est une "pièce de théâtre", a déclaré Alofa ce mardi. Et de citer nommément des personnalités politiques, des haut-gradés de l'armée, de la police, du service des renseignements... comme auteurs de cette orchestration contre lui. Le seul mal qu'Alofa reconnaît est le vol d'une moto bien avant la disparition de Dagnivo alors que le procureur soutient le contraire.

La séance reprend ce mercredi pour l'audition des témoins dans une cour d'appel encerclé par des curieux qui ne veulent pas se faire compter ce procès qui déchaîne des passions.

 

 

Lu 12716 fois
0
0
0
s2smodern