lundi, 30 juin 2014 10:08

Reporters sans Frontières s'inquiète de la liberté de presse au Bénin

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le jeudi 26 juin 2014, Reporters sans Frontières (RSF) a publié un communiqué relatif à la liberté de la presse au Bénin sur son site internet. L'association qui lutte pour la liberté d'expression et d'information à travers le monde y exprime ses inquiétudes après les dernières condamnations de journalistes intervenues dans le pays...

Le 26 juin 2014, le directeur de publication du journal L'Indépendant, John Akintola, a été condamné à trois ans d'emprisonnement avec sursis et à une amende 200 000 francs CFA. Cette condamnation est intervenue à la suite d'un article jugé offensant pour le Chef de l'Etat. Le tribunal de première instance de Cotonou a, par ailleurs, condamné le journaliste auteur de l'article à deux mois de prison ferme. Le quotidien lui-même, quant à lui, a écopé d'une suspension de trois mois. C'est suite à ces sentences que l'organisation internationale basée à Paris a publié un communiqué pour exprimer ses appréhensions sur la situation de la liberté de la presse dans le pays. Reporters sans frontières se soucie notamment de l'application de peines privatives de liberté aux journalistes et estime que "le Bénin s'engage (...) sur une pente glissante".

Pour Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de l'association,

"Ces lourdes condamnations ont vocations à dissuader les journalistes d'investigations de faire leur travail. [...] Elles confirment la pressante nécessité d'abolir les peines privatives de liberté pour les délits de presse qui sont autant de menaces contre le droit de savoir de la population béninoise".

Signalons toutefois que la situation de la presse béninoise n'est pas mal cotée et connaît plutôt diverses fortunes en fonction des circonstances. Autrefois érigée en exemple en Afrique dans la décennie 1996-2006, la presse béninoise a fait un plongeon dès les premières années de l'arrivée de l'actuel Président de la République, Boni Yayi. Mais son classement a repris l'ascension ces dernières années. Après avoir progressé de 12 places en 2012 et de 4 rangs en 2013, le pays occupe en 2014 le 16ème rang africain et la 75ème loge mondiale dans le classement de RSF. C'est ce relatif bon positionnement qui suscite davantage les inquiétudes des responsables de RSF vis-à-vis de ces dernières nouvelles.

En janvier 2013, le Président de la république lui-même avait déjà gracié la directrice d'une chaine de télévision privée condamnée à trois mois de prison ferme.

Lu 9449 fois
0
0
0
s2smodern